top of page
Rechercher
  • Charlène Lauer

(Q&A) Jouer des personnages et raconter des histoires.

Dernière mise à jour : 20 sept. 2022

Si je vous dis :

"Mon métier est de jouer des personnages et de raconter des histoires."

Que vous imaginez-vous ?


Voici ce que j'ai souvent entendu :

"Non... je te demandais quel était ton métier", "Et ça sert à quoi ?", "Vas-y, fais moi rire alors !", "Donc tu es une spécialiste de la manipulation...C'est cool, tu peux jouer dans la vie pour arriver à tes fins..." Ou encore récemment la jolie mention tamponnée sur le front : "Non-essentielle"


La vérité est que "raconter les histoires au coin du feu" est une pratique ancestrale et originelle. Cette pratique a toujours eu une fonction primordiale au sein du collectif. Et nous parlons bien d'une fonction... elle est donc utile. Apprentissage, transmissions, mémoires, communication, cohésion sociale, guérison...

Prenons le conte, qui, à lui seul, détient une fonction d'apprentissage et de développement de conscience, utilisée depuis la nuit des temps.

Les anciennes tribus utilisaient, et utilisent encore pour certaines, le jeu pour ses vertus curatives, psychologiques, physiologiques et sociales.

J'irais alors jusqu'à oser parler d'une pratique essentielle...


D'après mon expérience, le jeu est une pratique d'une force inépuisable.


Le cerveau ne faisant pas la différence entre le réel et l'imaginaire, le jeu permet :

  • Un entraînement, une répétition, une préparation optimale pour un évènement

  • D'évacuer, d'extérioriser, d'exprimer

  • D'acquérir de nouvelles capacités, de mettre en mémoire un nouveau vécu et de nouvelles expériences

  • Il crée ainsi de nouvelles connexions neuronales

  • Il peut véritablement aider à se défaire de mauvaises habitudes pour en créer de nouvelles

  • Il fait naître, décuple et enrichit nos potentialités


... cette liste est non exhaustive.


Parlons maintenant de "jouer des personnages". Dans la vie de tous les jours, nous serons sûrement d'accord, nous avons tous plusieurs personnages à notre actif ? Plusieurs masques sociaux ? Il s'agit tout simplement d'un phénomène de construction normal, en constante évolution. Et ce phénomène peut devenir une pratique pleine de richesse.


Lorsqu'on "fait semblant de", que l'on"joue à"... On crée une double posture. Un évènement nous stress ? Je vais jouer un personnage méga-confiant et méga-sûr de lui. Comment serait sa posture ? Son ton ? Son débit de parole ? Comment marcherait-il ? Comment se tiendrait-il débout ? Comment seraient les traits de son visage ? Sa respiration ? Je joue, je crée ce personnage de confiance... en créant de véritables nouvelles connexions dans mon cerveau ! J'explore. Je prends une power-pose pendant 10mn tous les matins. J'imagine comment il mange, comment il se brosse les dents, comment il s'habille. Comment dit-il "bonjour" à un inconnu dans la rue ? Je sors de ma zone de confort, en jouant avec ce personnage. J'expérimente, je m'entraîne et le jour J, mon cerveau utilisera ce nouveau chemin que j'ai crée. Presque sans effort, simplement porté par cette énergie particulière du jeu.


Jouer permet de prendre du recul et de faire preuve d'auto-dérision. Il développe notre empathie en cherchant à comprendre la carte du monde des autres. Il stimule notre posture créative et... joyeuse ! Faisons les choses avec joie ! Ça fait du bien !


Posons ici quelque chose d'important. Nous avons le pouvoir de créer. Il n'y a rien de faux là dedans. C'est pourquoi il faut choisir en conscience ce que l'on veut créer. (Pour nous et pour le monde de demain, je glisse ça là)

Tout est une question d'intention. Le meilleur et le pire résident dans chaque chose. Parfois même ce qui nous semblait être "le pire" s'avèrera être "le meilleur" quelques temps plus tard. Ça vous est déjà arrivé ?

À nous d'écouter et de choisir en conscience.


Un jour, si ça vous dit, je vous parlerais de ces personnages qui m'ont beaucoup, beaucoup apporté. Mère Geneviève, Isabelle, Antonia, Médée,...




86 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page