top of page
Rechercher
  • Charlène Lauer

(CONCEPT) Phénoménologie : un concept transformateur

Dernière mise à jour : 20 sept. 2022


Les phénomènes sont tout ce qui apparaît à votre conscience : pensées, sensations, images...

La phénoménologie est l’étude de ses phénomènes.

Cette étude propose avant toute chose l'abandon de l'aspect "connaissances" pour faire une "expérience", et ce dans un détachement du phénomène. C'est-à-dire sans analyse, sans jugement, sans explication de ce qui vous traverse.


Elle permet de nous libérer de l’identification : « je suis le phénomène ».


Je ne suis pas colérique. Je suis traversée par la colère. Là, maintenant.

Dans quelques minutes je serais peut-être soulagée, fatiguée, heureuse, passionnée, créative. Peut-être même tout ça à la fois et plus encore. Sûrement même.


On compte trois phases pour pratiquer la "réduction phénoménologique" face au phénomène traversé :

- D'abord, revenir à la chose elle-même (phénomène),

- Ensuite, pratiquer le non jugement (époké)

- Enfin, mettre le phénomène entre parenthèse (noèse - noème).


On prend de la distance. On observe, on explore. On vit quelque chose.


L’objectif est celui de développer l’harmonie, la confiance en soi et la capacité d’espoir.


Pourquoi ?


Ce concept n'enlève en rien notre responsabilité : au contraire, à mes yeux, il la renforce.

En étant capable d'observer et d'explorer ce qui me traverse, ce que je vis, je peux choisir en conscience mon positionnement, ma posture, mon action ou mon inaction.


Je récupère mon harmonie générale, la confiance en mes choix et l'espoir de trouver des réponses adaptées.

La sophrologie propose de cartographier la structure de sa conscience. Quel est votre monde ? Comment est votre présence au monde ? Peut-on la rendre plus consciente ? Pour y parvenir, elle laisse les phénomènes apparaître à la conscience (contrairement à l’hypnose par exemple, qui les induit). Elle apporte ainsi la liberté de l’expérience, et ce toujours dans l’absence de jugement : c’est ce qu’on appelle l’attitude phénoménologique. On observe ce qui est présent et, si on le souhaite, on apporte une action (apaisante, dynamisante,...) avec la respiration, le mouvement ou la visualisation.


Là où la sophrologie propose une attitude phénoménologique, le théâtre en permet indubitablement l’expérience directe en « jouant avec » les phénomènes.


Ainsi, cette posture est automatique, naturelle, voire double (on joue avec le phénomène de la colère par exemple) et elle permet l’essor de la Créativité : on ose, on expérimente, on tente, on joue... Dans une atmosphère très légère, on ose être ridicule, on rit, on développe des qualités d’auto-dérision et de compassion. On entre directement en relation avec le phénomène, par autant de chemin possible que l'imaginaire le permet (donc plutôt du genre illimité !)


En pratiquant le sophro-théâtre, on enrichit ses capacités et potentiels de réponse aux phénomènes.


Nous devenons observateur, explorateur, créateur... Acteur.





28 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
Post: Blog2_Post
bottom of page